Une incroyable collection de voitures à pédales

0

Dans son atelier à Thouaré-sur-Loire, André Blanchard, carrossier à la retraite, restaure et collectionne les voitures à pédales.

nan40En observant les voitures à pédales alignées sur les rayonnages de l’atelier d’André Blanchard, on ne peut s’empêcher de penser à un petit musée. Lui-même a tenté de lancer ce projet avant de l’abandonner, il y a une quinzaine d’années. Car, au fi l des années, ce carrossier à la retraite en a accumulé 230. Des premiers modèles, en bois, du début du XXe à ceux en tôle qui ont été fabriqués jusque dans les années 70 et quelques modèles plus récents en plastique.nan38
« Tout a commencé avec une Peugeot 404 qu’un client m’avait amenée à ma carrosserie pour que je la remette en état. J’ai tout de suite accroché. Puis, ce client m’en a vendu une que j’ai restaurée pour moi »,
se souvient André Blanchard. Au fil des années, il rachète une multitude de modèles, souvent en bien mauvais état : R16, 403, Bugatti, Porsche, mais aussi Delage, Amilcar ou Delahaye. Et quand il manque une pièce, le carrossier la fabrique dans son atelier. « Au départ, les modèles en tôle les plus abîmés, je les ai démontés et j’ai aplati les pièces pour avoir les gabarits. Ça m’a simplifié le travail ensuite, puisqu’il n’existe aucun plan pour ces voitures à pédales », explique-t-il devant une Bugatti fabriquée en 1923 par Eurêka, qui va lui demander une centaine d’heures de travail.

nan39De générations en générations
Il lui arrive de dénicher quelques perles, comme cette Citroën C6 de 1925 avec un moteur électrique. « A l’époque, c’était un produit de luxe. Elle a été fabriquée par un artisan ». Aujourd’hui, il devient de plus en plus rare de découvrir ces jouets d’enfants, surtout en bon état. « Les derniers modèles en tôle datent des années 70. Plusieurs générations ont roulé avec », indique ce collectionneur. Tous ces enfants, qui se sont lancés dans des courses folles, peuvent retrouver les jouets de leur jeunesse dans les expositions auxquelles participe André Blanchard.

 

Partager cet article :

Laisser un commentaire