ACO, le monument français

0

ACO, un club plus qu’une entreprise

Fierté et moteur de l’activité automobile française, l’Automobile Club de l’Ouest s’est développé et diversifié à travers les années sans perdre son statut si particulier.

Pour comprendre le fonctionnement de l’ACO aujourd’hui, il est utile de faire un saut dans le passé à l’époque de sa création. L’ACO fut créé en 1906 pour postuler à l’organisation de la première course de circuit française. En remportant cet appel à candidatures, il est donc devenu le premier club organisateur d’un Grand Prix dans l’histoire avec le Grand Prix de l’Automobile Club de France.

logo aco

Logo de l’ACO

Bienvenue à l’ACO, le club c’est vous

Mais le plus important demeure le statut choisi par les créateurs de l’ACO, en effet, ce dernier n’est pas une entreprise mais une association de loi 1901. Ceci est toujours le cas des nos jours et Fabrice Bourrigaud, responsable du Pôle Esprit Le Mans, d’ajouter « c’est ce qui en fait une de ses grandes richesses et ce qui régit son fonctionnement puisqu’aujourd’hui encore le Président de l’ACO et les membres du comité directeur sont élus par les membres et sont bénévoles ». Etonnant pour une structure si importante, implantée dans toutes les grandes villes de l’Ouest et qui emploie tous les jours plus de 150 salariés.

Au service de ses membres

« C’est une association qui est faite pour partager la passion et le plaisir autour de l’automobile. Nous avons ainsi deux grandes catégories de membres. Il y a le membre « passion » qui sera intéressé par les activités sportives afin d’y assister dans des conditions privilégiés. Il y a ensuite le membre « conducteur », qui se situe plus autour de la raison et de la sécurité. Ce sont des membres qui partagent l’amour de la voiture ou de la moto mais qui sont très attachés aux notions de sécurité routière, à la protection de leur permis de conduire, à l’amélioration des infrastructures, à la législation et à la défense des usagers. » Deux catégories qui symbolisent parfaitement la direction prise par l’ACO aujourd’hui. En effet, le Club n’est plus seulement un acteur majeur du sport auto français, c’est également un acteur majeur du monde automobile français. « Nous ne sommes parfois pas d’accord avec les évolutions des règles du Code de la Route ou de certaines décisions, et nous essayons de faire bouger les choses et d’aider nos membres. A la manière des associations de consommateurs, nous avons ainsi un service juridique qui les accompagne en cas de litiges tels que des infractions ou vis-à-vis d’un garage, d’un assureur ou d’un autre usager… » En plus de 100 années d’existence, l’ACO aura su anticiper et comprendre les évolutions du monde automobile sans oublier sa vocation principale. Partager la passion de l’auto et de la moto.

80 000

C’est le nombre de membres et d’ayants-droits de l’ACO. Pour une cotisation annuelle de 92 euros, chaque membre intègre non seulement un club élitiste, mais cumule les avantages : réductions sur la billetterie (jusqu’à 102 euros d’économie possibles sur les 24 Heures du Mans) ou sur l’école de pilotage : jusqu’à 230 euros remboursés pour un stage de récupération de points ainsi que 15% de réduction sur tous les produits dérivés vendus en boutiques officielles ACO.

Des membres à l’international

« Nous avons quelques milliers de membres qui nous viennent de l’étranger et plus particulièrement du Royaume-Uni. Les Anglo-saxons sont des grands amateurs des 24 Heures et disent d’ailleurs à propos de cette course qu’elle est la plus célèbre des courses britanniques. »

Partager cet article :