Louis Rossi, le pilote Manceau en GP

0

Louis Rossi, le pilote qui monte

Louis Rossi portrait

Louis Rossi portrait

A la sortie de son entrainement et du GP de France, le pilote manceau Louis Rossi a accepté de revenir avec nous sur son parcours et sa relation avec le monde du deux-roues.

Comment êtes-vous venu à la moto ?

C’est venu assez tardivement et assez bizarrement puisqu’encore jeune, je trouvais ça nul. En effet, à 10 ans je me suis cassé la jambe en essayant une Piwi 80, ça m’a vacciné de la moto. J’y suis revenu plus tard, par nécessité, je roulais en scooter pour aller au lycée. A partir de ce moment-là, ça a commencé à me plaire, j’avais de plus en plus envie de poser le genou par terre dans les virages, j’achetais des magazines et j’ai ensuite passé le pas en participant à ma première compétition, j’avais 14-15 ans.

Vous avez tout de suite su que vous voudriez en faire votre métier ?

La compétition et la moto me plaisaient mais je ne savais pas encore que je pourrais aller plus haut et en faire mon métier. Je ne savais pas trop où ça allait me mener, c’était juste un loisir comme un autre. A cette époque, tout comme aujourd’hui, j’adorais découvrir des sensations et des sports différents.

Louis Rossi moto

Louis Rossi moto

Quel regard portez-vous sur ces premières années de moto ?

Ça a été une ascension fulgurante, peut être même trop rapide car, pour ma première année de Grand Prix je suis arrivé avec de sérieuses lacunes et j’en ai beaucoup bavé. Je n’avais clairement pas le niveau mondial et je me suis rendu compte du fossé qui existait entre les championnats nationaux et les courses internationales. Aujourd’hui encore, je continue d’apprendre, surtout sur l’aspect technique.

En dehors de la compétition vous roulez à moto ?

Oui, je roule actuellement sur une Honda 600 Hornet mais j’adore toutes les formes de motos. A l’intersaison, par exemple, je fais du motocross avec mes amis pour m’entretenir et m’amuser quand je ne peux pas rouler sur piste. Malheureusement, je suis bien moins bon que sur piste (rires). J’adorerais essayer tous les types de moto, du roadster, au trail en passant même par les customs et les GT. Mon rêve demeure la Honda RCV 1000 !

Louis Rossi circuit

Louis Rossi circuit

On vous croise souvent au Mans, est-ce que les gens vous reconnaissent ?

Oui, il y a plein de monde qui me reconnait et qui m’arrête dans la rue pour me parler et parler moto. Je trouve ça sympa car les Manceaux sont vraiment respectueux et agréables. A travers cela on se rend compte qu’il y a énormément de monde qui s’intéresse à la moto et à la compétition. J’adore Le Mans pour cette raison aussi, on retrouve la culture sport auto et moto dans son ADN.

[jwplayer mediaid= »4411″]
Partager

Comments are closed.